La Vienne à Chinon de 1760 à nos jours

Évolution d’un paysage fluvial

 

La Vienne à Chinon de 1760 à nos jours De François de Izarra - Loire et Terroirs

Agrandir l'image…

    • Livre papier

      65,00 €
     

    Avis des lecteurs  

     

    Présentation

    Depuis le milieu du 18e siècle, la Vienne à Chinon a considérablement évolué, comme nous le fait découvrir au fil des pages François de Izarra qui s’est attaché à retrouver les aménagements : ponts, bacs, digues d’enceinte, ports, quais, pêcheries fixes… Si la Vienne a contribué à façonner son lit par ses crues et ses débâcles de glaces, les hommes ont largement investi l’espace fluvial, lieu de loisirs autant que de travail, avant de l’abandonner progressivement : lavandières, pêcheurs de sangsues dans les marais, bateliers et pêcheurs, meuniers, vanniers, salpêtriers ou rouisseurs de chanvre, tous ont joué un rôle dans le façonnage du paysage fluvial. Le plus spectaculaire de ces changements n’est-il pas l’évolution des îles ? Nombreuses à la fin du 18e siècle, il n’en reste plus qu’une seule aujourd’hui. Le dépouillement des archives, la recherche de plans anciens, de peintures et de gravures peu connues et parfois inédites, l’exploration du terrain, ont permis à l’auteur de reconstituer les étapes de l’occupation et de l’évolution de ce milieu qui ne cesse de changer. S’adressant autant aux Chinonais amoureux de leur région qu’aux amateurs de rivières en général, cet ouvrage mêle aux données techniques et historiques les témoignages les plus pittoresques et les plus vivants.

    Sommaire

    Introduction : Problématique et objectifs. Délimitations géographique et chronologique du sujet. Problèmes et typologie des sources.

    Première partie : La Vienne aux abords de Chinon en plans et en images au début de la seconde moitié du 18e siècle.

    Deuxième partie : Deux siècles et demi d’aménagements dans les lits mineur et majeur de la Vienne

    1. Ouvrages de franchissement sur l’axe de circulation Chinon – Saint-Lazare (Les ponts de Vienne ; Les ponts de la Nonnain ; La “grande Digue” ou digue de Saint-Lazare ; La “petite Digue” ou le “chemin perfide” ; Le bac de Saint-Jacques ou une charrière sur une “flaque d’eau” ; Le “pont de bois”sur le Canal ; Ouvrages de franchissement sur d’autres axes de circulation).
    2. Les digues d’enceinte (La digue de Saint-Jacques ; Les quais de Chinon ; La digue d’enceinte de Saint-Mexme).
    3. Dessèchement des marais et projets de digues longitudinales à la Vienne (Les marais aux abords de Chinon ; Le projet de Toutaint des Guiberts (1763-1767) ; L’affaire du comte de Monestrole ou un dessécheur parmi les sauvages (1773-1775) ; les prétentions du Richelais Poirier des Bournais (1776) ; Projet d’endiguement de la rive droite ; Projet d’assainissement des marais de grigny (1865).
    4. Courances, Canal et Cunette (Les Courances ou le ruisseau de Saint-Mexme ; Le Canal, du déchargeoir à la “flaque d’eau” ; La Cunette).
    5. Les ports de Chinon (Petits ports extra-muros ; Les ports de Chinon intra-muros).
    6. Hausserées et chemins de halage.
    7. Écluses et pêcheries - question de mots, question de choses (Origines et premières mentions des écluses ; Géographie des écluses de la Vienne ; Portrait type d'une écluse ; effets néfastes des écluses, leur destruction progressive).
    8. Vestiges d’ouvrages anciens et traces d’activités dans le lit mineur de la Vienne

    Troisième partie : La rivière au travail : crues et débâcles de la Vienne

    1. Les crues de la Vienne (Critique et typologie des sources ; Petite chronique des grandes crues de la Vienne).
    2. Embâcles des glaces et “démarres” de la Vienne.

    Quatrième partie : Les hommes au travail

    1. Bienfaits et méfaits des eaux de la Vienne (Bienfaits des eaux de la Vienne dans la vie quotidienne ; Méfaits des eaux de la Vienne).
    2. Les aménageurs, leurs auxiliaires et la surveillance administrative de la rivière (De l’ingénieur au manœuvre ; Surveillance administrative de la rivière ; Balisage et entretien de la Vienne).
    3. Les activités et les exploitants de la rivière (Enfouissement des cadavres d’animaux dans les grèves ; Le rouissage du chanvre ; Tirage et dragage du sable dans la Vienne ; Les vanniers et la culture de l’osier ; Les salpêtriers et leurs “vidanges” ; La meunerie hydraulique ; Bateliers et pêcheurs.

    Cinquième partie : Les moteurs du changement

    1. Conséquences de l’arasement des écluses.
    2. Les plantations dans le lit de la Vienne ou le règne du peuplier
    3. L’évolution des îles de la Vienne à Chinon depuis le milieu du 18e siècle.
    4. Gestion des remblais et urbanisme : comblement du lit mineur et majeur de la Vienne.

    Conclusion

    Paybox_hd

    Supports disponibles

    • Livre papier

      format 248 x 277, 338 pages, CouleurEn stock
    • Caractéristiques

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :